manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 14 Sept. 17 :
24982 comptes dont 1282 auteurs
pour 4002 fics écrites
contenant 14394 chapitres
qui ont générés 23413 reviews
 
     

     
 
Parce que rien n'a changé
Par Ketchupee
Harry Potter  -  Romance/Humour
16 chapitres - Rating : T (13ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 1     Les chapitres     21 Reviews    
Partager sur : Facebook | Twitter | Google + | Google Bookmarks | Buzz Up! | Viadeo
Premier échange

Disclaming: Tous les personnages appartiennent à J.K. Rowling, de même pour l’univers où ils évoluent. L’histoire, ce sont mes délires personnel, la pauvre J.K.R. n’y est pour rien XD

Genre: Dur dur… hum… J’ai mis romance et humour… mais vous allez peut être trouver que ma vision de l’humour est spéciale…

Pairing: Harry-Draco

Rating: M, au cas où … J’avoue ne pas trop savoir comment je vais faire évoluer tout ça, je ne sais même pas s’ils finiront ensembles… (Indécise, moi ? naaaan…). Bon j’avoue que j’ai déjà une petiote idée donc pour avoir plus de libertés au niveau de la suite et du vocabulaire, je mets M.

Avertissement: Je préfère prévenir maintenant, vous avez ici affaire avec une fiction Yaoi… Comprenez  relation amoureuse entre deux hommes. Slash, si vous préférez. Donc les homophobes ou les personnes que ce type de sujet dérange, veuillez rejoindre les sorties, merci.

NdA: Cette fic  se base sur des scènes du film Harry Potter 7, certain éléments ne sont pas dans le livre (enfin je crois, j’avoue que ça fait un moment que je l’ai pas lu et que film et bouquin commencent à se mélanger un peu dans ma tête…). Bref, un petit délire qui a commencé à se jouer dans ma tête dans la salle de cinéma devant, devinez quoi… Harry Potter 7 partie 2 ! Bizarre, n’est-ce pas ? Non ? Ah…

Sur ce, bonne lecture à tous.

*****

Chapitre 1- Premier échange

 

La lettre a été apportée par un hibou gris à l’aire morose.

 Il  tapa pendant dix bonnes minutes à la fenêtre avant qu’Harry ne finisse par se lever et lui ouvrir. Pour le punir de l’avoir fait patienter aussi longtemps, l’oiseau le gratifia d’une belle morsure à l’index avant de lâcher l’enveloppe blanche à ses pieds et de repartir aussi vite que possible. Le jeune homme ramassa la lettre et la retourna plusieurs fois entre ses doigts. L’inscription « Mr Potter » suivie de son adresse était tracée d’une belle écriture manuscrite à l’encre noire, se terminant par de jolies boucles en fin de mot. Une lettre de fan ? Il en avait reçu des tas après avoir vaincu Voldemort mais la mode était passée depuis un moment…

Il l’ouvrit précautionneusement et retira le papier plié en quatre qui était glissé dedans.

 

Mr Potter,

Cela va maintenant faire trois ans, trois ans que vous m’avez sauvé d’une mort certaine. Je n’ai toujours pas compris pourquoi vous avez brusquement choisit de me défendre devant le tribunal qui jugeait tous les anciens partisans mais quelle qu’en soit la raison, je vous dois la vie. Votre plaidoyer sur « l’impossibilité des fils de mangemorts à se rebeller contre leur éducation et les fondements de leur vie » était très bien écrit et très touchant, vu la réaction d’une grande partie du public présent. Je pense quand même, navré de vous le dire, que c’est votre célébrité qui a fait définitivement pencher la balance en votre faveur et donc de la notre, fils de mangemorts. Mais au fond cela importe peu. Ce n’est pas dans l’habitude d’un Malfoy de remercier ou s’excuser, vous êtes bien placé pour le savoir, et il m’aura fallu trois longues années pour réussir à écrire ces mots. Merci de m’avoir donné la chance de vivre et d’éviter la sentence qu’ont du subir mes défunts parents. Merci pour Blaise Zabini, Théodore Nott et tous les autres.

Je dois également vous remercier pour autre chose. Lorsque vous cherchiez un horcruxe dans la salle sur demande et que je suis arrivé avec deux autre partisans (je sais que vous n’aimez pas ce terme, nous n’étions que de pauvres « fils de mangemorts incapables de se rebeller » mais il faut quand même voir la vérité en face ; c’est un sortilège interdit qui a été utilisé pour mettre le feu, et sciemment), nous étions venu pour vous empêcher d’arriver à vos fin et même vous tuer si possible. Mais lorsque vous et vos deux inséparables amis (je sais qu’ils sont mariés à présent, mais ne me demandez pas de les féliciter, je fais déjà asse d’effort sur l’écriture de cette lettre) avez pu sortir de la pièce en flamme, plutôt que de vous enfuir aussi vite que possible, vous êtes revenu en arrière et avez refusé de nous laisser mourir. Un stupide geste héroïque typique pour un Griffondor, mais le soulagement que j’ai ressenti alors que vous me hissiez sur votre balai ainsi que cette immense gratitude n’ont pas été inventés. J’ai été lâche en suivant mes parents, en acceptant le joug du seigneur noir, en fuyant sans un mot alors que vous veniez de m’arracher aux flammes, en avançant pour rejoindre les rangs des mangemorts tandis  que tout le mode vous croyait mort dans les bras de ce géant d’Hagrid… La liste est suffisamment longue ou faut-il que j’en rajoute ?

Non, inutile de continuer l’étalage de ces propos inutiles.

 

Draco Lucius Malfoy

 

La lettre s’arrêtait brusquement, comme s’il l’auteur s’était soudain rendu compte qu’il parlait trop. Harry esquissa un sourire et leva les yeux vers la fenêtre. Le piaf de cet imbécile de Malfoy était déjà reparti, c’est donc qu’il n’attendait pas de réponse. Et bien il allait avoir une surprise.

Déterminé, Harry s’assit devant son secrétaire et mâchonna le bout de sa plume. Soudain ses lèvres s’étirèrent et il commença à écrire.

***

Draco leva la tête vers la fenêtre, surpris. Qui pouvait bien lui écrire à une heure pareille ? Une petite chouette cendrée était posée sur le rebord et le regardait, la tête penchée sur le côté et ses gros yeux jaunes fixés sur lui. Le jeune homme se leva, ouvrit à l’oiseau et pris la lettre qu’il tenait. A son plus grand étonnement, l’animal ne partit pas et rejoignit Denaï, son hibou, en haut d’une armoire. Il les regarda se donner quelques coups de bec avant que l’intruse s’éloigne un peu, gonflant ses plumes avec un air outré. Son regard redescendit sur la lettre qu’il tenait. « Malfoy-qui-a-décidé-de-devenir-un-gentleman » lu-il en haussant les sourcils. L’envie de lancer le bout de papier dans les flammes fut fort mais la curiosité l’emporta. Ses sourcils se haussèrent encore plus haut alors qu’il commençait la lecture.

 

Malfoy,

Depuis quand tu me vouvoies ? Et aucune insulte dans ta lettre ! Je suis choqué. Et presque déçu. Tu es devenu aussi plat, gris et inintéressant que les hommes en costard sombre que je croise tous les jours en montant à l’étage des Aurors du ministère ? Avant tu étais fier d’être  le rival, l’ennemi juré du pauvre petit « survivant » que j’étais. Maintenant tu me respecte ? Quelle blague ! C’est toi qui m’appelais Potty, Le Balafré, qui m’insultais dès que tu me croisais et faisais tout pour me pourrir la vie. On passait notre temps à se taper sur la gueule -excuse l’expression qui va peut être te paraitre vulgaire pour ta nouvelle petite vie de bon gentleman-, au cas où tu l’aurais oublié. Une seule petite pique dans ta lettre, et encore, joliment camouflée et très polie.

Ça y est, je sais ! C’est parce qu’un Malfoy a horreur d’avoir une dette envers quelqu’un c’est ça ? Alors laisse moi te rassurer, tu ne me dois rien Malfoy. C’est plutôt le contraire. Tu as surement entendu la jolie petite histoire comme quoi, si j’ai pu battre Voldie, c’est parce que la baguette de Sureau m’était destinée depuis le moment où j’avais survécu. Un truc débile  d’ «élu », encore et toujours. Et bien ce sont des foutaises, des grosses conneries. La baguette appartient à celui qui a défait -j’ai bien dit défait, pas tué- son précédent possesseur. Elle appartenait à Albus Dumbledore. Severus l’a tué, donc le maître des ténèbres l’a tué ensuite pour prendre le contrôle de la baguette. Pas de bol, la baguette n’avait pas reconnu Severus comme possesseur puisque c’est toi, mon cher Malfoy, qui avait désarmé notre ancien directeur. Eh oui… c’était toi le maître de la baguette la plus puissante au monde ! Je dis bien « était » parce que c’est moi qui t’ai désarmé dans ton lugubre petit manoir. Et pouf ! J’étais le maître de la baguette. Attention, je te vois venir Malfoy, pas la peine d’essayer de m’attaquer pour être le sorcier le plus fort de l’univers, je l’ai jetée cette baguette, comme j’ai jeté les souvenir de cette nuit là, come j’ai jeté toutes les lettres de fans que j’ai reçu, comme j’ai jeté la proposition de devenir directeur de Poudlard, comme je jette des pétales d’orchidées sur la tombe de Fred dès que je me rends là où il est enterré. Il adorait les orchidées, tu sais. C’était un de ses côtés simple et calme derrière son excentricité. Mais je suppose que t’en a rien à faire, c’est un Weasley.

Bref, tout ça pour dire que ta dette de la salle sur demande est effacée. Sans ta « lâcheté » qui t’a empêché de tuer Albus, Voldie t’aurait tué, toi et non Severus, et serait devenu imbattable avec cette fichue baguette.

Ensuite sache que c’est ta mère qui a été envoyée vérifier que j’étais bien mort, dans la forêt interdite. Hors elle s’inquiétait pour toi au point d’en oublier sa prétendue loyauté envers le mage noir. Quand je lui ai murmuré que tu étais en vie, elle a mentit à son maître. Cette action n’a pas racheté son passé de mangemort, mais la moindre des choses était que je sauve son fils à qui je devais, indirectement, la vie. C’est bon, soulagé ? Tu ne me dois rien Malfoy. Et attends, je vais te dire quelque chose qui va te faire te rengorger comme tu sais bien le faire (j’imagine déjà ton air supérieur et méprisant). Tu m’avais reconnu dans le manoir, je le sais très bien. Et tu ne m’as pas dénoncé. J’ai été au moins aussi surpris à ce moment  que toi au tribunal en me voyant arriver.

Finalement ça fait 3-2 pour toi la fouine. Alors arrête avec tes prétendues lettres d’excuses, j’y crois pas une seconde. Je ne veux pas y croire. Tu ne peux pas avoir changé à ce point. Tu dois toujours être ce gros connard contre qui je pestais juste pour passer mes nerfs sur quelqu’un. Pour une fois dans ta vie, soit sympa avec moi, dit moi que c’était une mauvaise blague et que t’as pas changé. 

Potter

Le Balafré

Potty

Aller, cherche, je suis sur que tu peux faire encore mieux.

 

PS : Ton imbécile de piaf m’a mordu. Apprend lui à se tenir correctement ! Regarde ma petite Archimède, elle au moins elle est bien dressée. Je suis sur qu’elle attend que tu répondes, sagement à coté de toi. Le tien s’est barré après m’avoir laissé cette charmante blessure.

 

*****

Voili voilouuu  : ). L’inspiration était au rendez-vous donc ça n’a pas été bien dur de boucler ce (petit) chapitre. Prions pour que ce soit pareil pour la suite. D’ailleurs, une petite review, ça motive toujours vous savez… ^^

 
 
Chapitre précédent
 
 
Chapitre suivant
 
 
 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>