manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 13 Nov. 17 :
25397 comptes dont 1285 auteurs
pour 4010 fics écrites
contenant 14516 chapitres
qui ont générés 23616 reviews
 
     

     
 
Compte à rebours
Par sflagg
Originales  -  Horreur/Angoisse  -  fr
One Shot - Rating : T+ (16ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 1     0 Review    
Partager sur : Facebook | Twitter | Google + | Google Bookmarks | Buzz Up! | Viadeo

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(3 min)

 Plus que trois minutes et ça serait trop tard. Sur le front du sergent Laurent Laporte, une goutte de sueur se forma et se mit à couler jusqu’à son velu menton où s’accumulaient déjà plusieurs de ses soeurs.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(2 mini 50 s)

 “ Si j’ne fais rien, tout saute, si j’agis sans réfléchir, tout explose ; alors que dois-je faire, bordel ? ”

 Réfléchissait à demi-mot le sergent, une autre goutte perlant jusqu’à son oeil, son acidité lui irritant la rétine et troublant momentanément sa vue.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(2 mini 25 s)

 “ Putain de terroristes ! Ils ne pourraient pas faire des bombes plus simples, à désamorçage plus basique, comme dans le bon vieux temps, quoi ! ”

 Tempêtait le spécialiste en déminage, tandis qu’il étudiait d’un regard désappointé le complexe mécanisme qui servait de détonateur à la bombe sur laquelle il était penché.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(2 mini 10 s)

 “ J’en ai vu de toutes les sortes tout au long de ma carrière, mais je dois bien avouer que c’est bien la première fois que j’ai affaire à une bête de ce type-là. ”

 Expliqua-t-il à ses supérieurs à travers le micro qui les reliait entre eux.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(2 mini)

 Il avait beau avoir bien compris qu’il n’y avait pas simplement en jeu que sa propre vie et le pâté de maisons qui l’entourait, il n’arrivait toujours pas à réaliser toute la portée que prendraient ses prochains gestes ; surtout s’il les loupait.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(1 min 45 s)

 Car des bombes du même type, ils en avaient placé dans toutes les grandes villes du pays, ces enculés ! Des dizaines de bombes éparpillées sur tout le territoire et toutes reliées entre elles.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(1 min 30 s)

 Des dizaines de bombes et une seule servant de détonateur principal ; une seule qu’il fallait désamorcer pour pouvoir stopper l’ensemble, car il faut savoir que s’ils avaient tenté d’arrêter directement une des autres, toutes celles restantes auraient explosé sur le champ.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(1 min 15 s)

 “ Et il a fallu que ça tombe sur moi ! Se lamentait le sergent. À deux mois de la retraite, si c’n’est pas malheureux ! Quoique ? À bien y réfléchir : ici ou chez moi, après tout si ce truc pète, ça ne changera pas grand-chose. ”

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(1 min)

 Il l’avait ouverte et avait regardé sous toutes les coutures ses entrailles faites de câbles électriques et de composants électroniques ; il était en contact direct avec les meilleurs démineurs du monde entier ; et pourtant il ne savait toujours pas comment s’y prendre pour la désactiver.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(40 s)

 “ Quel fil couper ? Lequel ne surtout pas couper ?

N’arrêtait pas de se tourmenter notre pauvre sergent, à présent noyé de sueur.

 — Peut-être faut-il tous les couper ? Ou peut-être pas ? Et si plutôt j’enlevais un composant ou deux ? Oui, mais lequel ? Lesquels ? ”

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(20 s)

 Plus il réfléchissait, plus il s’y perdait et plus il transpirait, ce qui fatalement lui faisait voir moins clair, donc encore plus paniquer, donc encore plus transpirer et ainsi de suite...

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(10 s)

 Dix secondes ! Plus que dix secondes. Plus le temps de tergiverser ; plus le temps de choisir, juste celui de tenter sa chance en priant qu’il fasse le bon choix. Alors il tendit son bras muni d’une paire de petits ciseaux vers l’ensemble de fils et coupa...

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(05 s)

 ... le rouge (car dans les films c’est toujours le rouge).

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(04 s)

 Ce n’était pas le rouge. Lequel tester maintenant ? Il hésita, choisit d’abord le noir, puis, allez savoir pourquoi, finit par trancher le jaune.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(03 s)

 Toujours rien qui se passe.

 “ J’aurais du couper le noir ! se reprocha-t-il. Donc ce coup-ci, je vais couper le noir. ”

 De ses mains trempées de sueur, les ciseaux manquèrent de glisser, ce qui l’obligea, pour ne pas perdre de temps, à se rabattre sur le fil blanc.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(02 s)

 Encore et toujours rien ! “ Au moins jusque-là ça ne l’a pas non plus déclenchée. ” Essayait de se rassurer comme il le pouvait le sergent, tout en coupant le fil noir. Sauf que ses yeux, troublés par les larmes de sueur qui les emplissaient, lui firent prendre le violet pour le noir et ce fut donc ce premier qu’il sectionna.

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

(01 s)

 “ Putain de merde ! ” S’exclama à tue-tête le sergent.

 Il ne lui restait plus qu’une seconde, un essai, deux fils (un noir et un bleu) pour pouvoir sauver Paris, sauver la France et certainement une grande partie de l’Europe, sans oublier, bien sûr, sa propre peau. Alors le sergent Laurent Laporte, spécialiste en déminage à quelques semaines de la retraite, tandit une dernière fois les lames de sa paire de ciseaux vers les deux fils qui restaient toujours attachés à la bombe, et coupa...

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

  ...Le bleu !

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac...

 Pourquoi ce coup-là choisit-il le bleu et non le noir, comme il le désirait vraiment ? Hélas, il n’y a que lui qui aurait pu répondre, mais à présent il ne pourra plus jamais le faire, car...

 Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac.

(00 s)

 Devant ses yeux, qui n’eurent même pas le temps de la voir, les rétines instantanément vitrifiées, se mit à briller, de miles (que dis-je), de millions de flammes, une lumière d’une blancheur éclatante de pureté.

 Le fond de l’air s'embrasa d'une si vive et soudaine chaleur, qu’il ne la ressentit même pas, son sang ayant déjà bouilli et s’étant évaporé, sa peau s’étant déjà éparpillée en cendre et sa chair et ses organes ayant déjà grillé et carbonisé avant qu’il n’ait le temps de s’en apercevoir.

 Puis se leva un vent si puissant que ses os, se tenant toujours accroupis, penchés sur ce qui avait été une bombe, mais qui maintenant n’était plus que déflagration, en furent instantanément réduits en une fine et blanche poussière s’éparpillant aux quatre vents.

 Enfin, le bruit qui retentit, s’il lui était resté des oreilles pour le percevoir, il n’aurait de toute façon pu l’entendre, car ses tympans s’en seraient liquéfiés avant tellement il était puissant, tellement il était assourdissant.

(-01 s)

 Partout dans le pays s’élevèrent alors d’immondes nuages en forme de champignon. Des nuages faits de fumées mortelles. Des fumées mortelles emplies de radiations.

 De paris à Marseille, de Brest à Strasbourg, et de Bordeaux à Lille, des quatre coins du pays s’étendirent les macabres champignons, lâchant sur leur passage leurs spores irradiées ; imprégnant tout sur des lieues à la ronde de leur semence de mort ;  recouvrant toutes formes de vie d’un voile fait d’une atroce et longue agonie.

 D’un brouillard, dont on peut encore entendre s’échapper, en un silencieux murmure, une plainte languissante et posant toujours la même question :

 “ Et si j’avais coupé le noir ? ... ”

Fin !

 

Écrit en Juillet 2015.

       S.flagg

 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>