manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 8 Déc. 18 :
27350 comptes dont 1297 auteurs
pour 4035 fics écrites
contenant 14876 chapitres
qui ont générés 24107 reviews
 
     

     
 
Dans l'enfer Moldu
Par Hysteric-Fairy
Harry Potter  -  Drame/Mystère  -  fr
2 chapitres - Rating : K+ (10ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 1     Les chapitres     1 Review    
Partager sur : Facebook | Twitter | Google + | Tumblr | Blogger
Prologue : Londres... ?

Dans les rues de Londres, un homme blond traînait péniblement, boitant, s’appuyant avec difficulté contre les murs de temps à autre, ses cheveux sales couverts de crasse et de poussière, ses mains recouvertes d’une substance poisseuse, du sang coagulé sur son visage, ses yeux jadis d’un bleu glacé de dédain envers quiconque il regardait, à présent ternes et douloureusement fermés sur la douleur qui lui déchirait l’esprit et accessoirement les entrailles. Trahi de tous, jeté dans une bataille qu’il n’aurait pas imaginée, abandonné à un sort immonde qui pire que la mort le brisait comme personne ni même Dumbledore n’avait pu le briser. Il se souvenait du regard hargneux que lui avait lancé le garçon benjamin de la famille de ceux qu’il avait tant méprisés, puis dans un ultime effort de lucidité avec quelle violence il avait brisé sa baguette, puis en avait laissé choir les morceaux devant ses yeux, détruisant à jamais ce qui aurait pu faire de lui un homme.

Un homme digne.

Les regards que tous lui avaient jetés, les yeux accusateurs d’un monde sur lequel il n’aurait jamais baissé les yeux avant, ou plutôt levé, puisqu’il s’était trouvé, lui, rampant dans la poussière pour implorer le pardon, l’honneur, au moins Azkaban, même si son court séjour là-bas lui avait donné un avant goût de ce qu’il pourrait y subir, il préférait encore la torture mentale de ses pires souvenirs, loin du monde qu’il redoutait à présent plus que la mort ou même l’oubli, plutôt que de vivre ce qu’il n’avait jamais une seule fois cauchemardé de subir.

Le mépris des autres.

Le regard souillant du reproche et de l’ignorance froide.

La pitié.

La pitié d’une femme qui avait voulu l’aider malgré tout. L’abandon d’un membre de sa propre famille qui n’évitât pas son regard, mais n’y prêta définitivement pas attention.

Il aurait pu tenter le suicide, les moyens ne manquaient pas. Mais il ne pouvait se résoudre à mourir malpropre, corps flottant sur un fleuve aux eaux glacées, ou égorgé une nuit par un chien dégoûtant qui traînait les nuits pour détrousser les autres mendiants qui commettaient l’erreur de dormir bien en vue de tous dans les rues. Il aurait voulu mourir en tant que sorcier et non pas comme un clochard. Mais il n’avait pas le droit de choisir. Il n’avait plus le droit de choisir.

 

Cela faisait bien une semaine que le Seigneur des Ténèbres avait été achevé à jamais, la dernière partie de son âme détruite et ses derniers ressentiments dispersés, purifiés par le Survivant.

Cela faisait une semaine qu’il s’était traîné aux pieds de Weasley fils, dont il avait assassiné sauvagement la sœur unique.

Cela faisait une semaine qu’il vivait sans magie, condamné à subir la dernière malédiction de son Maître qu’il avait commis l’erreur de vouloir abandonner. Il ne pourrait mourir d’une autre manière que d’une atroce torture mentale, folie ou démence, ou d’une maladie immonde qui déchirait le corps au delà de l’imaginable d’un Endoloris.

Cela faisait une semaine qu’il dormait hors d’un lit douillet et confortable, obligé à se cacher au fond de ruelles sombres, dans des ordures malodorantes parfois, incapable de retrouver un but, une raison de vivre, incapable de se repérer, dans l’enfer d’une non-vie pathétique, à errer comme une âme dans les limbes de Londres dévasté par ses ordres.

 
 
Chapitre précédent
 
 
Chapitre suivant
 
 
 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>